Découverte archéologique : des balles de fronde d’un soldat de la XIXe légion

Découverte archéologique : des balles de fronde d’un soldat de la XIXe légion

Des archéologues ont mis au jour des balles de fronde en fouillant le camp romain d’Haltern en Allemagne. Celles-ci sont en plomb et elles auraient été abandonnées par un soldat appartenant à la XIXe légion lors d’une campagne militaire en Germanie…

Balles de fronde en plomb découvertes à Haltern Source : http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/20150814.OBS4179/la-fronde-l-arme-fatale-des-romains.html
Balles de fronde en plomb découvertes à Haltern
Source : http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/20150814.OBS4179/la-fronde-l-arme-fatale-des-romains.html

Des frondeurs dans l’armée romaine et le système de défense rhénan

Dessin de la colonne trajane montrant un frondeur des Baléares Source : Dessin de Payraud, publié par Salomon Reinach, Répertoire de Reliefs grecs et romains, tome I, p.348 (1919)
Dessin de la colonne trajane montrant un frondeur des Baléares
Source : Dessin de Payraud, publié par Salomon Reinach,
Répertoire de Reliefs grecs et romains, tome I, p.348 (1919)

Cette scène (bien évidemment postérieure…) de la colonne trajane montre notamment un fantassin léger qui dispose certes d’un glaive, mais aussi d’une fronde dans sa main droite. A cette époque, les frondeurs étaient souvent des auxiliaires qui oeuvraient avant l’assaut des légionnaires. L’archéologie expérimentale a permis de montrer qu’un frondeur expérimenté pouvait lancer son projectile à près de 130 mètres de distance. Dans le cadre d’un essai à dix mètres de distance, la balle de fronde a transpercé une plaque de contreplaqué de 5 mm d’épaisseur.

Frondeur extrait de "La vie privée des anciens". Source : http://sciencepost.fr/wp-content/uploads/2015/06/6_-la-vie-privee-des-anciens-fig-369.jpg
Frondeur extrait de « La vie privée des anciens ».
Source : http://sciencepost.fr/wp-content/uploads/2015/06/6_-la-vie-privee-des-anciens-fig-369.jpg

La fronde (funda) est un instrument de guerre anciennement attesté et une arme de jet efficace. On le trouve déjà utilisé sur des peintures thébaines dans l’Egypte ancienne. Dans son De militari, Végèce rappelle l’importance des frondeurs : « Malgré leurs armures, les soldats sont souvent plus gênés par les balles rondes des frondes, qu’ils ne le sont par toutes les flèches des ennemis. Les pierres tuent sans mutiler le corps ni verser le sang. Il est bien connu que les Anciens employaient des frondeurs dans toutes leurs batailles. Il y a toutes les raisons d’instruire les troupes dans l’art de la fronde, et cela sans exception puisque la fronde ne peut être considérée comme encombrante… »

Les balles romaines (appelées les « glands ») étaient surtout faites de plomb, plus rarement de pierres ramassées. Celles en plomb sont précieuses pour l’historien, car elles peuvent comporter des inscriptions, notamment le nom de la légion, des invectives contre l’adversaire ou exprimer un souhait (« Frappe avec force »).

Lors d’une visite au Musée du Cinquantenaire à Bruxelles au printemps dernier, j’ai pu observer des balles de fronde en plomb et fer datant des IIe et Ier s. av. J.-C. De provenance italienne, trois des quatre faces étaient inscrites et on pouvait lire le nom du propriétaire : M. RVF(us) / L(egionis) XXV / OP(eror ?). A noter à droite un boulet d’époque républicaine retrouvé à Sagonte en Espagne. Ce boulet de catapulte aurait pu être tiré lors du siège de la ville de Sagonte par Hannibal en 219 av. J.-C.

© Roma Aeterna
© Roma Aeterna

Le lieu de découverte n’est pas anodin, puisque le camp romain d’Haltern s’inscrit dans l’important système militaire rhénan. Au début de l’Empire, l’ambition romaine était de soumettre les territoires germaniques localisés entre le Rhin et l’Elbe. Pour cela, les Romains ne lésinèrent pas sur les moyens et firent construire au moins sept camps le long de la Lippe (dont Haltern). En outre, les ingénieurs romains mirent tout en oeuvre pour rendre la Lippe navigable, afin de faciliter le commerce, le ravitaillement et les déplacements…

Haltern était alors d’une importance stratégique capitale, ce qui explique son développement. En effet, le camp disposait d’un port, de cinq installations fortifiées et il pouvait abriter pas moins de sept garnisons romaines. Bien entendu, après le désastre de Varus, le camp a été abandonné…

Localisation du camp d'Haltern Source : http://www.pourlascience.fr/e_img/boutique/camp2lalegion2haltern-400.jpg
Localisation du camp d’Haltern
Source : http://www.pourlascience.fr/e_img/boutique/camp2lalegion2haltern-400.jpg

La XIXe légion

Comme son numéro l’indique, sa création est tardive, puisqu’elle a été levée à l’époque triumvirale par Octavien et elle a été décimée lors du désastre de Varus dans la forêt de Teutoburg en Germanie en 9 ap. J.-C. (à 200 kms d’Haltern). D’ailleurs l’aristocrate connaissait bien cette légion, puisqu’il en fut le légat lorsqu’elle était stationnée dans le camp de Dangstetten. La défaite de Varus vit donc la disparition de cette légion et de deux autres (XVIIe, XVIIIe et XIXe). D’ailleurs ces nombres considérés comme maudits ne furent plus donnés à une légion romaine.

Rappelons-nous la version romancée de la réaction de l’empereur Auguste à l’annonce du désastre : « Vare, legiones redde » …

La découverte d’Haltern

L’équipe archéologique de Westphalie dirigée par Bettina Tremmel a découvert ces artefacts dans le camp romain d’Haltern, à 30 kms de Dortmund. Le site est connu depuis 1816 et fait l’objet de fouilles régulières depuis 1899 (autant dire qu’il est quand même bien connu !). Pourtant seulement 70 balles avaient été pour l’instant retrouvées. Là il s’agit bien de 81 balles de fronde en forme d’olive qui viennent d’être découvertes dans un fossé.

Les balles en plomb étaient assez lourdes et le soldat Fenestela a donc préféré abandonner son sac de cuir de 6kgs qui contenait pas moins de 81 balles (pour échapper plus vite à l’ennemi ?). Une balle pesait ici environ 60 g /75 g. Une autre version moins dramatique existe néanmoins, car des résidus de fonderie ont aussi été retrouvés et il pourrait plutôt s’agir de balles de fronde destinées à la refonte. Enfin notons que le nom du soldat a aussi été retrouvé sur une assiette de ce camp militaire (GraffHaltern 00114 : AR / Fenestela), même si bien-sûr il pourrait s’agir d’un homonyme. Ce nom figure aussi sur une épitaphe retrouvée à Fréjus (Forum Iulii) :

 CIL, 12, 00259 = ILN-01, 00018 = AE 1994, 01153 : M(arco) Crasso / Fenestellae / veterano l(egionis) XIX

Ce vétéran de la XIXe légion appelé Marcus Crassus Fenestella pourrait-il être notre homme… ou bien un homonyme ? Si c’est le même personnage, il aurait alors survécu au désastre de Varus en 9. Le cognomen Fenestel(l)a est vraisemblablement un surnom de légionnaire qui proviendrait de la déformation de fenestra (fenêtre) et désignerait alors une meurtrière (petite fenêtre…).

Pour se rendre compte de la taille de ces balles de fronde :

Source : http://sciencepost.fr/2015/06/decouverte-en-allemagne-de-balles-de-frondes-issues-de-la-xixe-legion-romaine/
Source : http://sciencepost.fr/2015/06/decouverte-en-allemagne-de-balles-de-frondes-issues-de-la-xixe-legion-romaine/

Sur cette découverte, quelques articles de presse à consulter :

http://sciencepost.fr/2015/06/decouverte-en-allemagne-de-balles-de-frondes-issues-de-la-xixe-legion-romaine/

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-les-balles-de-frondes-abandonnees-de-la-xix-sup-e-sup-a-legion-35319.php

http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/20150814.OBS4179/la-fronde-l-arme-fatale-des-romains.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s