X. Delestre, Fr. Salviat et J.-C. Golvin, Le Mausolée de Saint Rémy de Provence. Les Iulii, Jules César et la bataille de Zéla

X. Delestre, Fr. Salviat et J.-C. Golvin, Le Mausolée de Saint Rémy de Provence. Les Iulii, Jules César et la bataille de Zéla, Paris, Editions Errance, 2015.

Capture d’écran 2015-10-26 à 13.09.30

Description sur le site de l’éditeur : 

Le mausolée et l’arc de triomphe voisin forment un ensemble connu depuis le XVIIe siècle comme les « Antiques » de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône). Le mausolée qui est le plus ancien et le monument funéraire antique le mieux conservé en Gaule, a maintes et maintes fois été reproduit.
Les études sont d’abord attachées à l’architecture, à la problématique de la datation et à sa fonction (cénotaphe ou mausolée).
Cet ouvrage présente la première étude complète du décor en bas-relief, avec une nouvelle couverture photographique et des reconstitutions inédites de Jean-Claude Golvin.
Après une mise en contexte archéologique et un rappel des découvertes architecturales voisines existantes dans le monde romain, les auteurs en montrent la richesse mais surtout en décryptent sa signification et sa symbolique. Cette étude appuyée par de très nombreuses références montre que des Gaulois représentants de l’élite salyenne, vétérans de l’armée romaine, ont élevé à l’entrée de la ville gallo-grecque de Glanum un monument imposant.
Comprenant trois parties, le mausolée présente sur son socle une scène de bataille que les auteurs considèrent avec un puissant argument comme celle de Zéla (Turquie). Cette bataille couvre trois panneaux dont un figure au centre César lui même, le quatrième étant réservé à un thème classique, la mort de Méléagre. L’étage supérieur (quadrifons) ne doit plus être considéré comme il l’a toujours été comme une partie vide mais bel et bien comme le réceptacle des urnes cinéraires exposées derrière une barrière aux yeux de tous. Le quadrifons est coiffé d’une frise comportant des griffons et des tritons qui dans une symbolique complexe font référence à l’au-delà avec, parmi les symboles, celui du soleil et sur les clés de voûte du quadrifons les vents. Le  troisième étage est celui de la tholos supportée par une colonnade qui enferme deux statues des défunts (togati).
A présent, grâce à cette étude fine du décor, la datation du mausolée peut être assurée, sa fonction confirmée car il s’agit bien d’un mausolée et non d’un cénotaphe.
L’étude du décor montre une forte symbolique de l’ensemble, en partant du socle, avec une évocation d’un épisode réel : la bataille de Zéla à laquelle le grand père des Iulii a participé.

A noter : la fiche descriptive ci-dessus provient du site de l’éditeur. Le nombre de fautes de français est vraiment consternante…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s