Les trésors du Palazzo Massimo à Rome (2) : le pugiliste

Les trésors du Palazzo Massimo à Rome (2) : la statue du pugiliste au repos

Cet article fait partie d’une série consacrée aux plus belles pièces de ce magnifique musée romain. Un autre article est déjà dédié au fameux sarcophage de Portonaccio, à voir ici.

Capture d’écran 2016-08-10 à 11.25.41
Statue en bronze du pugiliste au repos conservée au Palazzo Massimo © Roma Aeterna

Une statue exceptionnelle de l’époque hellénistique :

Cette célèbre statue en bronze de 1,28 m (inv. 1055) est conservée dans un des plus beaux musées de Rome : le Palazzo Massimo alle Terme (à proximité de la gare Termini). La sculpture date vraisemblablement de la période hellénistique, plus précisément entre les IVe et IIe s. av. J.-C. D’un point de vue artistique, cette période est notamment marquée par la recherche naturaliste et la volonté de montrer les sentiments.

Le matériau utilisé, le bronze, rend cette statue encore plus exceptionnelle. En effet le bronze était un matériau coûteux, donc moins utilisé. Ces statues de bronze ont en outre étaient très largement refondues après l’époque antique. Les cavités oculaires sont désormais vides, mais autrefois les yeux devaient être incrustés.

Capture d’écran 2016-08-10 à 14.26.16
Exemple : des yeux qui étaient incrustés dans une statue et qui sont conservés au MET. source : http://www.metmuseum.org/blogs/now-at-the-met/features/2013/the-boxer

Est-il possible d’identifier le sculpteur ? Autrefois des marques au niveau du gant de la main gauche ont été perçues comme une signature : « Apollonios, fils de Nestor ». Cela a alors fait penser à un sculpteur grec du Ier s. av. J.-C. Toutefois un réexamen attentif de l’oeuvre a permis de démontrer qu’il ne s’agissait que de vulgaires marques de corrosion… La lettre alpha est gravée sur le pied gauche ; il pourrait alors s’agir de la marque de l’atelier.

Certains historiens de l’art ont su détecter une influence lysippéenne. Cette sculpture  aurait alors été créée par Lysippe lui-même ou par son frère Lysistratos. Hélas il est impossible de trancher.

La richesse des détails :

Les nombreux détails conservés attestent la grande maîtrise technique du sculpteur. Ce pugiliste à la musculature développée est au repos et semble exténué. Il est assis et pose ses bras sur ses cuisses, tout en tournant ostensiblement la tête vers la droite.

Capture d’écran 2016-08-10 à 11.25.49
Statue en bronze du pugiliste au repos conservée au Palazzo Massimo © Roma Aeterna

Le visage de ce sportif professionnel montre la violence du pugilat dans l’Antiquité : de nombreuses plaies ouvertes qui saignent encore, des ecchymoses… Les multiples cicatrices montrent également que ce n’est pas la première fois…

Capture d’écran 2016-08-10 à 11.26.56
Statue en bronze du pugiliste au repos conservée au Palazzo Massimo © Roma Aeterna

Son oreille droite est par ailleurs très intéressante. La sculpture montre des plaies béantes d’où le sang s’écoule. Le sang est visible grâce à l’incrustation d’un cuivre rouge. L’oreille en « chou fleur » montre l’accumulation de traumatismes et parait littéralement écrasée. Ce n’est guère visible sur mes photos, mais il est aussi possible de voir des gouttelettes de sang tombées sur le côté droit à cause d’un mouvement de tête.

A noter qu’il est actuellement assis sur un rocher, une imitation moderne du support original disparu.

Capture d’écran 2016-08-10 à 14.14.35
Le pied gauche de la statue du pugiliste Wikimedia © CC BY 2.5

Un sport de combat dangereux : 

L’identification du sportif est simple, car il porte des gants et des cestes qui sont caractéristiques du pugilat. C’est un combat de corps à corps où l’adversaire recherchait le K.O. Rappelons d’ailleurs qu’il s’agissait alors d’une discipline olympique…

Capture d’écran 2016-08-10 à 14.07.21
Dessin d’un ceste Wikimedia

Le ceste vient du mot latin caestus (du verbe caedere qui signifie « frapper ») et il peut être considéré comme l’ancêtre du poing américain. Ces gants sont constitués de lanières épaisses de cuir qui sont bien visibles sur les photos ci-dessous. Ces lanières sont enroulées autour des doigts, tout en laissant le pouce libre et découvert. A l’autre extrêmité, on voit un crispin bordé de fourrure.

Capture d’écran 2016-08-10 à 11.26.33
Statue en bronze du pugiliste au repos conservée au Palazzo Massimo © Roma Aeterna
Capture d’écran 2016-08-10 à 11.26.41
Statue en bronze du pugiliste au repos conservée au Palazzo Massimo © Roma Aeterna

Cette statue ne montre pas l’évolution du ceste à l’époque romaine, puisque les Romains en modifièrent la composition, par exemple en ajoutant des morceaux métalliques, des boucles, des pointes et des plaques de fer afin d’accentuer les dégâts causés à l’adversaire. On trouve même des sangles équipées de lames coupantes… Il n’était pas rare de voir certains gladiateurs arborer des cestes. Même si l’usage du ceste fut progressivement interdit dans l’Empire romain, il faut attendre 393 pour voir l’interdiction de ces combats de corps à corps.

Une découverte majeure : 

Cette statue a été découverte en 1885 sur la colline du Quirinal à Rome et provenait des thermes de l’empereur Constantin. Voici une photo saisissante prise lors de la découverte :

Capture d’écran 2016-08-10 à 14.25.22
Les fouilles de 1885 et la découverte du pugiliste

Les thermes de Constantin sont les derniers grands édifices thermaux érigés dans la ville de Rome sur la colline du Quirinal, au début du IVe s. Des vestiges conséquents avaient été conservés jusqu’au XVIIe s. et leur destruction totale pour laisser place à la construction d’un palais.

Capture d’écran 2016-08-10 à 15.27.34
Localisation des thermes de Constantin dans l’Antiquité Source : wikipedia

Des traces de polissage ont été découvertes sur la statue grâce à une restauration récente réalisée au niveau de la main gauche et du pied droit, peut-être en signe de « vénération » pendant l’Antiquité.

L’actuelle installation au Palazzo Massimo :

C’est une oeuvre maîtresse de ce musée et elle est particulièrement bien mise en valeur dans une salle du rez-de-chaussée. Afin d’admirer dans les meilleures conditions possibles la sculpture, un canapé a même été installé juste en face ! Un système de détection a aussi été mis en place pour éviter que les visiteurs ne s’approchent trop près ou tentent de toucher l’oeuvre.

Capture d’écran 2016-08-10 à 11.25.20
Statue en bronze du pugiliste au repos conservée au Palazzo Massimo © Roma Aeterna

Attention, car cette statue est une véritable star ! Elle est par conséquent souvent prêtée par le musée pour diverses expositions, notamment pour « Potere e pathos. Bronzi del mondo ellenistico » du palais Strozzi (une vidéo de présentation ici) à Florence en 2015 ; une exposition ensuite visible à Los Angeles.

163002423-f10a9187-453e-454f-9c53-145fba2f3332
Le pugiliste lors de l’exposition « Potere e pathos » à Florence en 2015 Photo : Claudio Giovannini

Elle est aussi prêtée à d’autres musées. Par exemple, 90 000 personnes sont venues l’admirer au Metropolitan Museum of Art (MET) en 2013. Une vidéo ici. Chaque retour de la sculpture au Palazzo Massimo est alors fêté comme un événement commenté par la presse (un exemple).

TheBoxer_poster
L’affiche de l’exposition de 2013
Capture d’écran 2016-08-10 à 15.07.39
Le pugiliste exposé au MET Source : metmuseum http://www.metmuseum.org/blogs/now-at-the-met/features/2013/the-boxer
Capture d’écran 2016-08-10 à 15.16.57
http://www.adnkronos.com/cultura/2015/11/11/pugile-torna-casa-oggi-museo-nazionale-romano-palazzo-massimo-video_io9EFmGfiCu0VTyJozUnJL.html

Pour admirer d’autres trésors du Palazzo Massimo, nous renvoyons à un article précédent sur le sarcophage de Portonaccio.

Pour terminer une galerie de photos :


Pour en savoir davantage :

un article sur l’exposition au MET : http://www.metmuseum.org/blogs/now-at-the-met/features/2013/the-boxer

http://archeoroma.beniculturali.it/en/museums/national-roman-museum-palazzo-massimo-alle-terme

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pugiliste_des_Thermes

Une vidéo sur cette oeuvre : https://www.youtube.com/watch?v=cHgrqOIXoN8

Publicités

3 réflexions sur “Les trésors du Palazzo Massimo à Rome (2) : le pugiliste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s