Réouverture de deux nouvelles domus et du petit lupanar à Pompéi

Réouverture de deux nouvelles domus et du petit lupanar à Pompéi

 

capture-decran-2016-12-21-a-12-09-52
Le riche atrium de la domus de Lucretius Fronto après restauration. Source : http://napoli.repubblica.it

 

Pompéi est un site archéologique incontournable qui accueille plus de 2,3 millions de touristes par an. En 2016, le site a d’ailleurs battu des records de fréquentation avec déjà plus de trois millions de touristes. Cette affluence exceptionnelle s’explique notamment grâce à la réouverture de lieux emblématiques (cf. un précédent article ici).

Après des années de dégradations et de mauvaises nouvelles, Pompéi offre un nouveau visage ; même si on reste néanmoins encore choqué par la destruction de la maison dite des gladiateurs en 2010. Au-delà des aides étatiques, la commission européenne a débloqué 105 millions d’euros pour restaurer les domus les plus endommagées et pour mettre en place un vrai système de maintenance et de surveillance. C’est un des buts affichés du « Grande Progetto Pompei » financé par l’Union européenne.

Certains espaces inaccessibles depuis le grand tremblement de terre de 1980 rouvrent au public en cette fin d’année 2016 :

  • La domus de Marcus Lucretius Fronto
  • la domus d’Obellius Firmus
  • le petit lupanar

 

– La domus de Marcus Lucretius Fronto

capture-decran-2016-12-21-a-11-04-07
Les riches décors de la domus de Lucretius Fronto après restauration. Source : http://www.campaniasuweb.it

C’est indéniablement une des demeures les plus connues de Pompéi, puisqu’elle se distingue par son luxe et par ses fresques spectaculaires (et bien conservées) des troisième et quatrième styles.

La demeure (Reg.V, Ins. 4, a, 11) fut fouillée dès les années 1899-1900 par Giulio de Petra ; elle tire son nom des nombreuses inscriptions électorales qui mentionnent M. Lucretius Fronto dans la rue et jusqu’à l’entrée de la maison.

Par exemple :

Si pudor in uita quicquam prodesse putatur Lucretius hic Fronto dignus honore bono est.

« Si l’on croit que la modestie peut servir à quelque chose, Lucretius Frontus est digne de cet honneur ».

L’atrium est richement décoré par des fresques du IVe style, avec des panneaux noirs séparés par des bandes à dominante jaune. Les panneaux présentent notamment des scènes de chasse. La partie supérieure du décor est plutôt constituée d’éléments architecturaux et géométriques sur fond noir.

Les mosaïques au sol laissent également apparaître un impluuium finement décoré (avec une mosaïque noire et blanche représentant une tresse à deux fils) et une table en marbre.

capture-decran-2016-12-21-a-11-03-30
L’atrium de la domus de Lucretius Fronto après restauration. Source : http://www.campaniasuweb.it

Le tablinum dispose encore de luxueuses fresques du IIIe style tardif. La partie du milieu est décorée avec des panneaux noirs encadrant le panneau central à dominante rouge ;  des décors architecturaux ornent la partie supérieure. La scène centrale représentant un épisode mythologique est bien connue, puisqu’il s’agit des amours de Mars et Vénus représentés sur la gauche.

capture-decran-2016-12-21-a-11-04-22
Entrée de la domus de Lucretius Fronto après restauration. Source : http://www.campaniasuweb.it
capture-decran-2016-12-21-a-11-17-38
Fresque de la domus de Lucretius Fronto avant restauration : Mars et Vénus.
capture-decran-2016-12-21-a-11-04-14
La même fresque de la domus de Lucretius Fronto après restauration. Source : http://www.campaniasuweb.it
capture-decran-2016-12-21-a-12-08-52
Source : http://napoli.repubblica.it

Les panneaux noirs du tablinum contiennent aussi de petits tableaux. Ainsi une villa suburbaine à plusieurs étages et avec trois ailes est représentée sur le panneau gauche de la paroi nord. Le paysage laisse apercevoir également un jardin central : une véritable invitation à l’otium.

capture-decran-2016-12-21-a-14-21-17
Fresque du tablinum de la domus de Lucretius Fronto après restauration. Source : http://napoli.repubblica.it

Le triclinium avait été rénové après le tremblement de terre et présente alors des fresques plus récentes qui appartiennent au IVe style. Des panneaux de couleur rouge encadrent le panneau central doté d’une scène mythologique tirée de l’Andromaque d’Euripide. Il s’agit d’Oreste tuant Néoptolème pour enlever son épouse Hermione dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes.

capture-decran-2016-12-21-a-12-07-30
Le triclinium après restauration. Source : http://napoli.repubblica.it

Cette pièce servait de « salle à manger » et les traces laissées par les couchettes ont été préservées.

capture-decran-2016-12-21-a-11-04-01
Oreste assassinant Néoptolème (domus de Lucretius Fronto après restauration). Source : http://www.campaniasuweb.it
capture-decran-2016-12-21-a-11-38-30
Fresque de la domus de Lucretius Fronto avant restauration

 

L’atrium permet aussi d’accéder entre autres à un cubiculum orné de fresques du IVe style où le ton jaune domine. Le tableau central représente le mythe de Narcisse qui tombe amoureux de son propre reflet dans l’eau.

capture-decran-2016-12-21-a-14-31-55
Fresque représentant Narcisse après restauration. Source : http://napoli.repubblica.it
capture-decran-2016-12-21-a-14-37-26
Fresque aux motifs architecturaux de la domus de Lucretius Fronto après restauration. Source : http://napoli.repubblica.it

 

 

 

La domus d’Obellius Firmus

Beaucoup moins connue que la précédente, cette demeure se distingue par la conservation d’un atrium monumental. Marcus Obellius Firmus fut un des plus importants magistrats de la cité. Afin de tenir son rang et exprimer son prestige, il se devait d’avoir une demeure imposante, située près de la porte de Nola (Reg. IX, Ins. 14, 2, 4, a, b). Autrement connue sous le nom de la maison du « Comte de Turin », elle fut excavée en 1910 et son autre nom rappelle les inscriptions électorales visibles sur les murs du voisinage et à l’intérieur de la domus.

capture-decran-2016-12-21-a-10-20-32

capture-decran-2016-12-21-a-10-20-55capture-decran-2016-12-21-a-10-21-03

La table en marbre servait notamment à exposer l’argenterie, symbole ostentatoire de la richesse du maître des lieux.

capture-decran-2016-12-21-a-12-03-53
Source : http://napoli.repubblica.it
capture-decran-2016-12-21-a-12-03-38
Source : http://napoli.repubblica.it

Le coffre-fort en bronze et en fer a bien été conservé par l’éruption du Vésuve.

capture-decran-2016-12-21-a-12-05-31
Source : http://napoli.repubblica.it
capture-decran-2016-12-21-a-10-21-20
source : campaniasuweb.it

La maison est également connue pour son laraire : un petit temple domestique où les membres de la famille venaient quotidiennement prier et célébrer les divinités domestiques (génies, lares, pénates…) et les ancêtres.

capture-decran-2016-12-21-a-10-40-47
Laraire de la demeure d’Obellius Firmus avant restauration
capture-decran-2016-12-21-a-14-39-45
Laraire de la demeure d’Obellius Firmus après restauration. Source : http://napoli.repubblica.it

La restauration a permis aussi de conserver un graffito de 1890 gravé sur une fresque de la domus. 

capture-decran-2016-12-21-a-14-29-04
Graffito dans la demeure d’Obellius Firmus. Source : http://napoli.repubblica.it

La tombe de Marcus Obellius Firmus fut en outre retrouvée dans la nécropole de la Porte de Nola. Il s’agit d’un tombeau à enceinte disposant d’une inscription sur le fronton avec le nom du défunt.

– Le petit lupanar

capture-decran-2016-12-21-a-11-41-44
Fresque érotique du petit lupanar après restauration. Source : http://www.campaniasuweb.it

Beaucoup moins connu que le lupanar de dix chambres de la région VII, ce petit lupanar  de la région IX (5, 14-16) présente également des fresques érotiques sur les murs qui ont pu bénéficier de restaurations.

capture-decran-2016-12-21-a-11-52-46
Détails des fresques du petit lupanar après restauration (source Facebook @PompeiiSoprintendenza)
capture-decran-2016-12-21-a-11-58-47
Le petit lupanar après restauration © Riccardo Siano
capture-decran-2016-12-21-a-11-59-14
Le petit lupanar après restauration © Riccardo Siano

capture-decran-2016-12-21-a-11-52-36
Source Facebook @PompeiiSoprintendenza
capture-decran-2016-12-21-a-11-52-28
Source Facebook @PompeiiSoprintendenza

Enfin, les travaux à Pompéi ne se limitent pas à des restaurations, puisque de nouveaux espaces ont été fouillés et permirent notamment la découverte d’une nouvelle demeure.

capture-decran-2016-12-21-a-14-27-20
Nouvelles fouilles entreprises à Pompéi (Reg. IX, insula 3). Source : http://napoli.repubblica.it

Quelques articles de presse : http://www.campaniasuweb.it/cultura/pompei-fa-festa-riaprono-due-domus-e-il-lupanariello/

http://www.ansa.it/campania/notizie/2016/12/07/scavi-pompei-restituite-tre-domus_13e7c7eb-be6f-436c-94df-67f00622e260.html

http://napoli.repubblica.it/cronaca/2016/12/07/foto/riaperti_gli_affreschi_erotici_del_piccolo_lupanare-153641355/1/#1

Publicités

2 réflexions sur “Réouverture de deux nouvelles domus et du petit lupanar à Pompéi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s