A. Rodier, Brutus. La République jusqu’à la mort, Paris, Les Belles Lettres, 2017.

A. Rodier, Brutus. La République jusqu’à la mort, Paris, Les Belles Lettres, 2017.

capture-decran-2017-02-09-a-10-04-47

Présentation sur le site de l’éditeur : 

« Toi aussi, mon fils… » C’est à ce cri de Jules César que Marcus Junius Brutus doit sa célébrité. Né vers 85 av. J.-C., Brutus n’est pas le fils de César, mais celui de sa maîtresse Servilia. C’est un jeune homme brillant que le grand général a pris sous son aile protectrice, le pensant promis à un grand avenir. Pourtant, le 15 mars de l’an 44, Brutus est l’un de ceux qui percent de vingt-trois coups de poignards le corps de César. Les conjurés reprochent à celui qui vient d’être proclamé dictateur à vie d’avoir piétiné une République déjà moribonde au profit de sa toute-puissance. Pire, on le soupçonne de vouloir être fait roi.

S’il n’est pas l’instigateur du complot, Brutus en a pris la tête, poussé par les Républicains, en raison de sa réputation d’homme vertueux et de grande rigueur morale. Mais, faute d’un projet élaboré, l’attentat se solde par un fiasco politique. Poursuivi par la haine de Marc Antoine, qui se pose en vengeur de César, Brutus choisit l’exil.

Féru de philosophie, ami de Cicéron, Brutus n’aime ni la violence, ni la guerre. S’il fait couler le sang de César, c’est au nom d’un idéal de liberté et de justice. S’il lève des légions avec son complice Cassius, c’est dans l’espoir de rétablir la République d’antan. Mais c’est encore un échec. Brutus meurt en octobre 42 à la bataille de Philippes, défait par Marc Antoine et Octave, le futur empereur Auguste.

Une histoire aux multiples rebondissements entre amitié et trahison, idéalisme et duplicité, que nous racontent Plutarque, Appien, Suétone, Dion Cassius, Nicolas de Damas et Cicéron.

Alain RODIER

Alain Rodier est diplômé du Centre International d’Enseignement Supérieur du Journalisme de Strasbourg. Après des débuts à l’ORTF Alsace, il intègre comme reporter la Première Chaîne en 1970 (qui deviendra TF1 en 1975) où il occupe à partir de 1984 les fonctions de rédacteur en chef, chargé du service reportages. En 1987, il est nommé directeur des rédactions de Radio France Internationale. Grand reporter à « 52 sur la Une » à partir de 1992, puis directeur de l’antenne de la Télévision locale de Montpellier, il rejoint en 1997 la rédaction nationale de France 3 où il exercera les fonctions de rédacteur en chef et de chef du service de politique étrangère jusqu’en 2010. Il est l’auteur de Reza Pahlavi, de l’exil à la reconquête, une biographie du fils du Shah d’Iran dans le contexte de la révolution de 1979 (Plon, 1985). Aux Belles Lettres, il est l’auteur de La Véritable histoire de Néron (2013). 

TABLE DES MATIÈRES

Prologue

Jules César
L’ami Cicéron
Le choix de Brutus
Le triomphe et la haine
Dors-tu, Brutus ?
César, défie-toi des Ides de mars !
La grande illusion
Double jeu de Marc Antoine
Octave entre en scène
Le temps du doute
L’exil
Cicéron contre Antoine
Brutus redonne des forces à la république
Un bref espoir
La vengeance aux trois visages
Brutus retrouve Cassius
La plaine de Philippes
La république tombe au champ d’honneur

Épilogue
Chronologie
Biographie des auteurs
Bibliographie
Carte


Site de l’éditeur : https://www.lesbelleslettres.com/livre/2763-la-veritable-histoire-de-brutus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s