Olivier Brunet et Charles-Édouard Sauvin (dir.), Les marqueurs archéologiques du pouvoir, Paris, 2012.

Olivier Brunet et Charles-Édouard Sauvin (dir.), Les marqueurs archéologiques du pouvoir, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

 

capture-decran-2017-02-26-a-14-37-29

Les communications de cette journée doctorale sont disponibles gratuitement en ligne sur OpenEdition.

Présentation de l’ouvrage sur OpenEdition : 

 Les journées annuelles de l’école doctorale d’archéologie de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne ont, comme leur publication dans Archéo.Doct, pris leur rythme de croisière : elles ne s’engluent pas pour autant dans la routine ni la technicité. Le thème retenu pour cette quatrième livraison d’Archéo.Doct, les marqueurs du pouvoir, est de ceux qui peuvent fédérer les jeunes archéologues des horizons et spécialités les plus divers et conférer à leurs données et leurs réflexions un vif attrait pour leurs lecteurs non archéologues.

À l’instar des autres disciplines des sciences humaines et sociales, mais avec ses outils propres, des outils au sens propre, l’archéologie scrute en effet les sphères sociales et politiques. Elle peut même contribuer de façon saisissante à mettre en lumière des facettes, voire des séquences constitutives, de ces compositions complexes, subtiles et changeantes qu’on nomme « le pouvoir ». À l’évidence, c’est l’archéologie funéraire d’une part, d’autre part l’étude de l’architecture – moyen ou manifestation du pouvoir en tant que tel ; expression du pouvoir dans la ville – qui fournissent les meilleurs angles d’approche, les données les plus nettes. C’est donc sous ces trois entrées – les pratiques funéraires, indices du statut des défunts ; l’architecture, mise en scène et innovations ; agglomération et espace urbain, l’organisation et la gestion d’un espace révélateur – que sont assemblées les quinze contributions de ce livre. Elles entraîneront son lecteur du IIIemillénaire av. J.-C. au XVe siècle apr. J.-C., du Michoacan mexicain au Japon et du Kent à l’Inde méridionale. La monotonie n’est pas à craindre !

Table des matières : 

François Villeneuve

Introduction

Olivier Brunet et Charles-Édouard Sauvin

Conclusion

Bilan de la quatrième Journée Doctorale d’Archéologie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s