R. Turcan, Tibère, Paris, Les Belles Lettres, 2017

Robert Turcan, Tibère, Paris, Les Belles Lettres, 2017

 

Capture d_écran 2017-05-13 à 10.06.08

 

  • Présentation sur le site de l’éditeur

Robert Turcan, de l’Institut, ancien membre de l’École française de Rome, a consacré plusieurs ouvrages aux empereurs qui ont marqué l’histoire : Hadrien, Marc Aurèle, Héliogabale, Constantin. Avec Tibère, c’est le type même d’un prétendu tyran sanguinaire qui est concerné. Nos études classiques (Tacite et Suétone) nous ont appris à le détester. « Le plus beau portrait historique dans Tacite est celui de Tibère », écrit Chateaubriand. « Il n’y a guère d’apparence que le fils de Livie ressemblât au Tibère de Tacite, c’est pourtant ainsi que nous le voyons tous », avertit toutefois Rousseau.

À relire les textes d’un œil plus critique, on fait la connaissance d’un homme qui, dès l’enfance, a dû affronter les périls d’une vie éprouvante, avant de faire face à mainte obligation inexorable, comme chef militaire aussi bien que gendre et successeur d’Auguste. On constate alors un décalage entre les témoins directs de son temps et les « historiens » qui l’ont jugé trois quarts de siècle après sa mort. Th. Mommsen l’a considéré comme « le plus capable des empereurs romains » et le compte, en tout cas, au nombre des « meilleurs ».

Avec Auguste, le pouvoir impérial relevait du mystère. Tibère l’a exercé sans ambiguïté et, pour ainsi dire, fondé pour une longue et prestigieuse postérité.

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, ancien membre de l’Ecole française de Rome, professeur émérite (Paris IV), membre de l’Institut (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), Robert Turcan a travaillé sur l’art romain, les sarcophages, le dionysisme et les cultes orientaux du monde romain. Il a publié Firmicus Maternus et trois Vies de l’Histoire Auguste dans la Collection des Universités de France. Aux Belles Lettres on lui doit Vivre à la cour des Césars (2009), Les Cultes orientaux dans le monde romain (2004 pour la 3e ed)  et Mithra et le mithriacisme (2004 pour la 4e ed).  

  • Sommaire

L’enfant d’un siècle perturbé
L’apprentissage de la vie civile et militaire
Missions et commandements
Un exilé volontaire
Sur les marches du pouvoir
Une transition fondatrice
Essai de principat « sénatorial »
Séjan et Agrippine
Le monarque insulaire
Inter Tiberiana scorta
L’Histoire et les « historiens »
Tibère et le sacré
Fin de Séjan, des illusions et de la vie

Épilogue
Table des illustrations
Quelques abréviations
Références aux textes grecs et latins
Bibliographie sommaire


Pour en savoir plus sur le site de l’éditeur : https://www.lesbelleslettres.com/livre/2912-tibere

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s